Qu’est-ce que la PR ?

massage des mains
La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire qui se manifeste par des douleurs et gonflements des articulations, en particulier au niveau des mains, des poignets, des genoux et des chevilles. Sans prise en charge adaptée, elle peut entraîner une destruction progressive des articulations touchées.

Avec environ 300 000 cas estimés en France, la PR touche près de 0,3% de la population, majoritairement des femmes de plus de 50 ans. Cette maladie inflammatoire se manifeste le plus souvent par des douleurs nocturnes, des raidissements des articulations et des raideurs matinales entraînant une gêne fonctionnelle et une difficulté à saisir les objets. La fièvre et la fatigue sont également des symptômes fréquents chez les patients atteints de PR.

Des causes multiples

Si les causes restent encore méconnues, ces inflammations sont provoquées par un dérèglement du système immunitaire appelé réaction auto-immune. L’organisme devient intolérant à ses propres cellules et provoque une inflammation de la membrane synoviale, composante des articulations qui sert à produire et filtrer le liquide synovial destiné à lubrifier les articulations et nourrir les cellules au niveau du cartilage. Cette membrane se met alors à grossir, jusqu’à former une tumeur inflammatoire responsable d’une destruction progressive des articulations.

Plusieurs facteurs peuvent favoriser l’apparition de la polyarthrite rhumatoïde. C’est le cas par exemple des facteurs environnementaux comme le tabac, des facteurs hormonaux ou des facteurs génétiques qui pourraient expliquer certaines prédispositions. Enfin, un choc psychologique est parfois évoqué au déclenchement de la pathologie (stress, deuil, séparation…).

Des prises en charge efficaces

A ce jour, plusieurs types de prise en charge existent pour aider les patients à vivre avec une polyarthrite rhumatoïde. Ainsi, des traitements médicamenteux symptomatiques sont généralement prescrits pour lutter contre la douleur. A cela s’ajoutent généralement des traitements de fonds qui diminuent la destruction articulaire. Des infiltrations ou des injections d’anti-inflammatoires peuvent aussi être réaliseées localement afin de bloquer l’inflammation.

Par ailleurs, des prises en charges non médicamenteuses comme la kinésithérapie, la pratique d’une activité physique régulière adaptée, le dérouillage matinal ou encore l’arrêt du tabac sont également recommandés pour améliorer le quotidien des patients. Enfin, l’éducation thérapeutique (information et prévention) joue un grand rôle dans la prise en charge des patients atteints de PR.

Sources :